Comment gérer les crises de Psoriasis

les crises de psoriasis

Affection génétique auto-immune de la peau, le psoriasis est une maladie inflammatoire courante qui touche jusqu’à 3% de la population mondiale en juin 2016. Elle est chronique, c’est-à-dire qu’elle se manifeste par crises de psoriasis, qu’on peut aussi appeler poussées, et peut avoir différentes causes. Petit tour d’horizon sur ces fameuses crises de psoriasis.

Reconnaître les premières crises de psoriasis

Le psoriasis se manifeste sous la forme de plaques rouges sur la peau, couvertes de peaux mortes. Il peut apparaître à différents endroits du corps : cuir chevelu, visage, oreilles, mains, coudes, ongles, genoux… ou toucher des plis de flexion, l’aine ou le pli inter fessier (on parle alors de psoriasis inversé). Au départ, il s’agit d’une simple manifestation indolore qui ne démange pas.

Plus de trois quarts des personnes atteintes ignorent généralement qu’elles sont atteintes de psoriasis, ou négligent de le traiter, car elles ne souffrent pas et les plaques sont peu étendues. Or le psoriasis peut évoluer à tout moment vers des formes plus graves, s’étendre et devenir vite handicapant. D’autre part, lorsque les premières crises de psoriasis sont survenues, les rechutes peuvent survenir à tout moment : le psoriasis est une maladie chronique. Des poussées peuvent être déclenchés à chaque accès de stress ou à chaque infection notamment.

 Comment se déclenchent les crises de psoriasis ?

Normalement, une peau saine se régénère naturellement, mais dans le cadre du psoriasis, ce processus est beaucoup plus rapide. On observe un renouvellement accéléré des cellules cutanées : de 8 jours en cas de psoriasis contre 28 jours en cas normal, ce qui signifie qu’elles n’ont pas le temps d’arriver à maturité. Par conséquent, il y a une accumulation de cellules de l’épiderme, d’où la formation de plaques rouges et sèches et de squames, les peaux mortes, sur la peau.

Ces apparitions peuvent causer des démangeaisons, et une peau irritée. Certaines personnes peuvent même connaître des crises de psoriasis à l’origine de l’apparition de lésions épaisses, rouges et écailleuses.

Il y a plusieurs types de psoriasis : le cas le plus fréquent est le psoriasis en plaques, également appelé psoriasis vulgaire, qui représente 80 à 90% des cas. Mais d’autres formes existent : psoriasis en gouttes, psoriasis du visage, psoriasis du cuir chevelu… Le psoriasis en gouttes, qui représente 10% des cas, se manifeste par l’apparition de petits gouttes sur la peau, à des endroits plus ciblés. Il semblerait que ce type touche de préférence les enfants et les adolescents, et survient souvent suite à une angine ou autre maladie infectieuse.

Quelles sont les causes des crises de psoriasis ?

A ce jour, on sait que le facteur génétique joue un rôle important dans la transmission du psoriasis, qui est, on le rappelle, une affection cutanée non contagieuse. Le risque d’en être atteint est donc plus élevé lorsque des cas de psoriasis se sont déjà révélés dans sa propre famille.

Les autres causes exactes du psoriasis sont encore peu connues. On a néanmoins pu identifier quelques facteurs de risque ou « déclencheurs » de la maladie, notamment le stress en premier lieu, et surtout le stress affectif, comme une rupture ou un deuil. Il s’agit véritablement du facteur numéro un de déclenchement de psoriasis. En outre, il peut engendrer un cercle vicieux : plus le cas de psoriasis, plus on a tendance à stresser davantage, et plus cela favorise la poussée de la maladie. Les complications d’ordre psychologique, telles que la dépression ou l’anxiété, sont aussi des facteurs déclencheurs courants du psoriasis. D’autre part, d’après une étude publiée en 2013, le stress peut également réduire l’efficacité des traitements pour soigner le psoriasis.

Mais d’autres facteurs déclencheurs ont été relevés, tels que :

  • les infections et les maladies infectieuses, en tête desquels l’angine
  • les climats froids, qu’on retrouve beaucoup en hiver dans l’hémisphère nord en Europe ou sur le continent nord-américain
  • la prise de certains médicaments, par exemple le lithium
  • les traumatismes dans la vie comme un décès ou licenciement soudain
  • les problèmes psychiques
  • les excès de poids ou l’obésité
  • la consommation d’alcool ou de tabac
  • les coups de soleil

Le lien biologique entre stress et les crises de psoriasis

 Il existe en réalité une explication scientifique sur le rôle du stress dans le déclenchement du psoriasis. Plusieurs travaux ont permis d’expliquer comment un état de stress pouvait non seulement déclencher la maladie, mais également l’entretenir. En effet, chez les sujets atteints de psoriasis, les globules rouges ont des membres pauvres en phospholipides. Or ces derniers jouent un rôle dans la régénération des médiateurs nerveux et certains peuvent se transformer en acétylcholine, nécessaires pour apaiser le système nerveux en période de stress. Ainsi, si le corps manque de ces molécules, il piochera directement  dans ses cellules, ce qui engendre une inflammation et la perte d’adhésion des cellules. De là s’explique la formation des plaques sur la peau.

 Quels réflexes adopter en cas de crises de psoriasis ?

 Lors de l’apparition de ces plaques épaisses et rouges du psoriasis, on a tendance à ne pas savoir quoi faire et à sauter sur les premières crèmes vendues sur le marché. Or la meilleure solution serait de commencer par adopter les quelques réflexes suivants, qui contribueront à faire disparaître les plaques.

 

Hydrater son corps en permanence

psoriasis

Le premier réflexe à adopter est l’hydratation de son corps. Cela commence dès le moment où vous prenez votre douche : optez pour un gel surgras sans savon. En effet, le savon assèche la peau et ne fera qu’aggraver la situation. Vous trouverez facilement en pharmacie des gels surgras spécialisés, adaptés aux peaux sensibles, et conçues avec des ingrédients naturels.

Ensuite, au sortir de la douche, et tout au long de la journée, il est indispensable d’abuser de la crème hydratante. Pensez également, lorsque vous vous séchez, à ne pas frotter votre peau avec la serviette, mais à tapoter légèrement.

Pour le psoriasis du cuir chevelu : éviter le sèche-cheveux

L’utilisation du sèche-cheveux agresse la peau, et risque d’accroître le nombre de plaques, c’est la raison pour laquelle il vaut mieux l’éviter. Toutefois, si vous avez les cheveux longs, utilisez-le brièvement, en gardant une distance de plus de 20 cm entre votre crâne et l’appareil.

N’oubliez pas non plus d’utiliser une brosse à poils doux afin de ne pas irriter votre cuir chevelu.

 

Faire une cure de soleil

Le soleil est connu pour avoir une action bénéfique sur le psoriasis, notamment lorsque celui-ci est étendu. Alors n’hésitez pas à sortir pour prendre l’air, et également pour profiter des bienfaits de ses rayons ! Attention toutefois à ne faire des bains de soleil que de manière modérée : les coups de soleil en effet aggravent le psoriasis. Pensez donc bien à appliquer de la crème solaire, ce qui est de toute façon primordial, psoriasis ou non.

Lorsque la saison ne s’y prête pas, vous pouvez également faire des séances d’UV, à condition toutefois d’en faire sous contrôle dermatologique dans des cabinets médicaux. Les UV agissent directement sur les mécanismes cutanés qui sont responsables de l’apparition des plaques, c’est pourquoi il s’agit d’une solution intéressante.

Soigner son alimentation

Une alimentation saine est également la base d’un traitement du psoriasis. Non seulement primordiale pour l’ensemble de votre corps en général, une bonne alimentation joue un rôle clé sur votre santé. Manger sainement, arrêter de fumer et limiter sa consommation d’alcool sont quelques-unes des premières règles à respecte

 

Evacuer le stress

On a étudié le rôle du stress sur le psoriasis : plus qu’un réflexe à adopter, il est donc primordial de trouver un moyen d’évacuer le stress. En effet, cela vous permettra à la fois d’éviter de nouvelles crises de psoriasis et, en cas de poussées, de ne pas rentrer dans le cercle vicieux du stress qui ne fera qu’aggraver votre situation.

Evacuer le stress par le sport 

C’est bien connu : le sport est le meilleur allié pour s’aérer l’esprit et être bien dans son corps. Généralement, lorsqu’on fait une crise de psoriasis, on a davantage tendance à se renfermer sur soi et à ne pas vouloir sortir. Le regard de l’autre peut être très facilement déstabilisant, et notre peau a tendance à rougir encore plus après une séance de sport. Or se cacher ou ne pas oser pratiquer une activité sportive stimule encore plus le stress : vous rentrez dans son cercle vicieux !

Au contraire, une bonne séance de sport vous permettra de vous changer les idées. Pensez à vous couvrir avec des vêtements fins et légers, afin d’éviter au maximum les frottements, et de privilégier la transpiration. Vous pouvez opter soit pour des sports doux, comme le yoga, voire même la méditation qui est davantage un sport mental, soit pour des sports plus orientés cardio, comme la course à pied. (Voir mon article ici)

Passer outre le regard de l’autre

C’est probablement l’étape la plus difficile. En effet, le psoriasis se manifestant par des symptômes physiques et visuels, il attire les regards curieux et parfois inquiets.

Pour vous simplifier la vie, prenez le temps d’expliquer les raisons de cette maladie chronique à votre entourage, à commencer par votre famille, vos amis et vos collègues de bureau. Habituellement, les regards naissent de l’ignorance des causes de la maladie, et expliquer qu’il s’agit d’une simple affection cutanée non contagieuse peut déjà avoir beaucoup d’effet.

De plus, en parler permet de recueillir le soutien, ce qui est non négligeable et excellent pour le moral. Même pour la vie au bureau, prendre le temps d’aborder ce sujet avec son employeur pour éventuellement obtenir un jour de congé en cas de poussée trop douloureuse, notamment si vous souffrez d’un psoriasis sur les mains, peut être un immense soulagement. A vous de sauter le pas, et on vous promet que vous serez agréablement surpris par la compréhension de vos proches ou collègues les plus fidèles.

 

Eviter l’isolement

Le psoriasis présente le risque d’isolement chez le patient, qui peut finalement dégénérer en dépression, et être très grave. Ce point découlement finalement naturellement du point précédent : en parler vous permettra de vous sentir soutenus, et vous soulagera. N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul à être atteint de cette maladie, parfois vous serez même surpris d’apprendre que des cas de psoriasis sont également présents dans votre entourage !