Le Psoriasis et l’Alcool

le psoriasis et l'alcool

Si vous souffrez de psoriasis, votre médecin vous a certainement prescrit d’arrêter toute consommation d’alcool ou de bière. En effet, de nombreuses études ont permis d’établir un lien direct entre le psoriasis et l’alcool. Il subsiste encore quelque flou sur le mécanisme d’action. D’autre part, c’est bien connu : alcool et médicaments ne font souvent pas bon ménage. Les médicaments contre le psoriasis ne font pas exception. Mais est-ce que cela signifie pour autant qu’il faut tirer toute croix sur tout verre de vin au dîner, tout petit cocktail à une soirée ou toute demie entre amis ?

Le psoriasis et l’alcool : un lien sûr

Beaucoup d’études se sont penchées sur le lien entre psoriasis et alcool et semblent révéler un lien sûr entre ces deux éléments : l’alcool aggraverait les symptômes, prolongerait le temps nécessaire à la rémission et affecterait le traitement.

D’autres travaux montrent également que, pour une personne prédisposée au psoriasis, par exemple à cause de présence d’antécédents familiaux (on rappelle que le facteur génétique est également une cause d’apparition de psoriasis), la consommation d’alcool peut favoriser la survenance de la maladie.

Selon Brooke Stewart, diététiste canadienne, beaucoup de théories ont été avancées pour expliquer ce phénomène : tout d’abord, une des explications est que la consommation excessive d’alcool affaiblit le système immunitaire, favorisant ainsi l’apparition d’une maladie auto-immune tel que le psoriasis. L’alcool peut aussi accroître la production de cellules inflammatoires, ce qui expliquerait la production excessive de cellules de la peau caractéristique du psoriasis.

D’autre part, d’après une étude publiée par des chercheurs finnois dans le British Medical Journal, les personnes souffrant de psoriasis ont une tendance à consommer davantage d’alcool que la population générale, ce qui pourrait conduire, comme le stress, à un cercle vieux.

La science décortiquée

D’après le International Journal of Dermatology, l’alcool stimulerait la croissance des kératinocytes, cellules de peau dont on a déjà parlé, ce qui pourrait entraîner la formation de ces plaques sur la peau et accroître la production de substances inflammatoires, les cytokines, dont on sait qu’ils jouent un rôle important dans l’aggravation du psoriasis.

En outre, beaucoup de médicaments à prise orale utilisés dans les traitements contre le psoriasis peuvent avoir comme effet secondaire la détérioration du fonctionnement du foie : c’est la raison pour laquelle des précautions s’imposent d’autant plus quant à la consommation d’alcool.

Enfin, pharmacienne et conférencière motivatrice canadienne, Carolyn Whiskin souligne que l’incidence de stéatose hépatique (accumulation de graisse dans le foie) est plus élevée chez les personnes souffrant de psoriasis : la consommation d’alcool est du même coup encore plus prescrite, sous peine d’endommager davantage le foie.

La bière plus particulièrement mise en cause

 D’après une étude américaine publiée dans Archives of Dermatology en 2010 : « le risque de psoriasis est 72% plus élevé chez les femmes qui consomment 2, 3 verres d’alcool en moyenne par semaine, mais la consommation de bière accroît bien plus les chances de développer cette maladie. »

En effet, des chercheurs de l’université de Boston ont mené une étude sur plus de 82 000 femmes âgées de 27 à 44 ans pendant deux ans, et découvert que la bière serait l’alcool le plus responsable des poussées de psoriasis. En effet, une consommation de 5 bières par semaine multiplierait par deux les risques de développer la maladie par rapport aux femmes qui n’en boivent pas. Le résultat serait similaire chez les hommes.

D’après les scientifiques, « ce sont des éléments non-alcoolisés qui pourraient jouer un rôle important dans l’apparition du psoriasis, notamment l’orge qui peut contenir du gluten, auquel les personnes atteintes de psoriasis peuvent être sensibles. »

Aujourd’hui, même s’il existe des bières sans gluten, il est recommandé d’en limiter sa consommation.

Le psoriasis et l’alcool, Une question de modération

 Est-ce que cela signifie pour autant que vous devez dire adieu à tout alcool ? Non, pas forcément.

Il est bien plus judicieux de tenir un journal : notez-y dedans tous les facteurs déclencheurs de psoriasis, et notamment la consommation d’alcool. Ce n’est que comme ça que vous pourrez connaître l’état de votre foie et les facteurs auxquels vous êtes plus possibles. Vérifiez ensuite les effets secondaires des médicaments que vous prenez et parlez-en à votre dermatologue.

Encore une fois, tout n’est qu’une question de modération. Et, très important : s’il est difficile de maîtriser le psoriasis, vous pouvez en revanche contrôler votre consommation d’alcool. Ainsi, la chose essentielle à retenir est qu’il faut consommer de l’alcool avec modération. D’après des études scientifiques, en considérant qu’une consommation standard équivaut à 355mL de bière, 148mL de vin et 44mL de spiritueux :

  • une femme doit s’en tenir à 2 consommations standards maximum par jour, ou 10 consommations par semaine
  • un homme doit s’en tenir à 3 consommations standards maximum par jour, ou 15 par semaine

La surconsommation d’alcool a de toute façon des effets néfastes sur le corps, le foie et la peau, donc réduire sa consommation est finalement un bienfait général pour votre santé !